www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 juin 2012

Aide personnalisée : il faut que cela change !

Une enquête menée par le SNUipp-FSU auprès de 18 625 enseignants dresse un constat sévère du dispositif, phare de lutte contre le noyau dur de l’échec scolaire et lancé depuis 2009.

Les principaux enseignements

Huit enseignants sur dix ne sont pas ou sont peu satisfaits de l’efficacité de l’aide personnalisée (AP).

- Le profil des élèves concernés par l’aide personnalisée peut être différent : 70,4 % des enseignants prennent en charge des élèves avec des difficultés légères, 56,65 % ceux avec des difficultés lourdes également.
- 44,2% des enseignants jugent que certains élèves bénéficiant de l’aide personnalisée auraient besoin de RASED mais ne sont pas pris en charge.
- En somme, le dispositif entretient une confusion des genres sur la nature de l’aide : *D’un côté, des difficultés « ordinaires » liées à l’acte d’apprendre pour lesquelles l’aide personnalisée peut proposer des remédiations passagères parfois utiles. *De l’autre, des difficultés spécialisées (attitude envers l’activité scolaire, manque d’attention...) de la compétence (psychologique, rééducative, pédagogique) des seuls RASED, par qui l’aide personnalisée est jugée sévèrement.

- 60 % des enseignants gèrent l’aide personnalisée au niveau de leur classe, 10 % seulement au niveau du cycle. L’aide personnalisée n’entraîne pas le travail en équipe au sein de l’école. Alourdissant la journée, le dispositif a même réduit les temps d’échanges et de réflexions collectifs dans beaucoup d’écoles.

- La maîtrise de la langue (62 % français, 57 % lecture, 42 % langage oral) et les mathématiques (81%) constituent les principales activités proposées par les enseignants lors de l’aide personnalisée.

- Le petit groupe permet de mener des actions pédagogiques diversifiées : 61 % des enseignants utilisent l’aide personnalisée pour « revenir en arrière » (pour combler des lacunes), 53 % pour soutenir pendant l’apprentissage, 47 % pour entrainer, automatiser et systématiser les apprentissages. L’anticipation (préparer avant l’apprentissage) est moins pratiquée (29%).

- Parmi les effets positifs pour les élèves, 54,52% des enseignants estiment que l’aide personnalisée permet avant tout de « créer une relation de confiance avec l’enseignant ». 57 % de ceux qui exercent en maternelle remarquent que les élèves ont « la possibilité de mieux s’exprimer en petits groupes ».

- Parmi les effets négatifs, la surcharge de la journée pour des élèves déjà fragiles scolairement est clairement citée par les enseignants : l’allongement de la journée de classe (80 % des enseignants), la fatigue (66%) suivis par les doutes sur l’efficacité durable de l’aide ( 42%). Mais aussi, allongement de la journée des enseignants. Les journées allongées (73 % des enseignants) génèrent manque de temps pour bien travailler au sein de l’école ( 64%) et fatigue ( 61 %).

- Parmi les effets positifs pour les enseignants, 48,72 % sont satisfaits de « travailler avec un petit groupe d’élèves », 40,98 % estiment que cela leur permet de « mieux connaître chaque élève », 39,15% apprécient de pouvoir « travailler autrement ».

- Si l’aide personnalisée montre très clairement ses limites face au noyau dur de l’échec scolaire, les enseignants ne se résignent pas au fatalisme. Ils dessinent des pistes d’évolutions afin que la lutte contre la difficulté scolaire trouve des rythmes, des formes et des contenus adaptés aux besoins des élèves :

* Concernant les dispositifs particuliers qui s’adressent aux difficultés qui dépassent l’expertise professionnelle des enseignants de la classe, 53% d’entre eux souhaitent en priorité un renforcement de la place et du rôle des RASED. Cette aide spécialisée doit retrouver ses moyens d’agir.

* Concernant les actions pédagogiques qui s’adressent aux difficultés « ordinaires », les enseignants plébiscitent la possibilité de construire des aménagements diversifiés et adaptés à leur école : 37 % souhaitent en priorité des effectifs moins chargés, 34 % « travailler avec plus de maitres que de classes », notamment pour mettre en place de petits groupes d’élèves au cours de la journée de classe ou co-intervenir à deux dans une classe.

* Les enseignants estiment aussi qu’il est urgent que l’institution reconnaisse un certain nombre de missions qu’ils effectuent au service de la réussite des élèves en dehors de leur temps de service réglementaire. C’est ainsi que 43 % d’entre eux pensent qu’en priorité, le temps de l’aide personnalisée pourrait être utilisé pour la concertation professionnelle, le travail en équipe et la rencontre des familles. 30 % souhaitent en priorité que ce temps ainsi dégagé permette de créer des espaces de formation initiale et continue.

Résultats complets de l’enquête ICI

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 71,

Adresse : 2, rue du Parc , Maison des syndicats , Chalon sur saône
- Tel : 03 85 43 56 34 -Email : snu71@snuipp.fr

JPEG - 10.8 ko
SNUipp71-FSU

Directeurs de publication :
- Vincent Castagnino, Mathias Cazier, Aurélie Gagnier-Boivin
- Secrétaires départementaux.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire, tous droits réservés.