www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire

Navigation

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
22 septembre 2017

CONTRATS AIDES, VACATAIRES EN SAONE ET LOIRE...

Mobilisation nationale sur la question de la précarisation dans l’éducation.

La suppression de 23 000 emplois aidés dans l’Éducation nationale a des incidences directes sur le fonctionnement des écoles avec une quasi-disparition de l’aide administrative à la direction d’école et des conséquences négatives sur l’accompagnement de tous les élèves en situation de handicap. Une décision qui est bien sûr aussi dramatique pour les bénéficiaires de contrats aidés qui se retrouvent brutalement sans emploi. Le SNUipp-FSU multiplie les initiatives et les mobilisations pour obtenir le réemploi des personnels concernés et la reconduction de leurs missions sous forme d’emplois statutaires pérennes pour donner aux écoles les moyens de fonctionner dans de bonnes conditions. Le SNUipp-FSU a adressé au ministre un courrier unitaire l’interpellant sur le sujet, mais nous avons besoin que vous nous rejoigniez dans l’action.

Ainsi, le SNUipp-FSU 71 invite :

- tous les collègues à signer massivement la "carte postale numérique" adressée au Premier Ministre pour la préservation de ces emplois disponible ici.

- les conseils des maîtres, ou mieux, les conseils d’école (en associant les parents), à adresser au DASEN une motion faisant état des réalités de l’école, et dont une trame de base est proposée ci-dessous.

- les directeur.trices à se centrer sur les tâches concernant l’école, l’équipe et les élèves et à répondre aux autres sollicitations de l’administration (tableaux - notamment celui des APC - , enquêtes, évaluations, ...) avec le bandeau type : "sans aide administrative, rappelez plus tard !" (à retrouver ici).

Tous les collègues intéressés peuvent se rendre sur la page dédiée de notre site national pour des informations plus détaillées, en particulier la lecture du document 4 pages du SNUipp-FSU spécial contractuels. Vous trouverez tout cela ici.

- Retrouvez également en ligne la pétition nationale contre l’embauche de contractuels et pour la ré-ouverture des listes complémentaires ici.

Zip - 18.6 ko
Motion conseil des maîtres

18 septembre :

Suite à interpellation du SNUipp, la déresponsabilisation du DASEN sur la baisse des contrats aidés était prévisible (Voir JSL en bas d’article, " Nous contribuons à l’effort national de réduction des contrats aidés ". Pour le SNUipp, de cette citation du DASEN, il faut comprendre : "on me demande de réduire les postes, je m’exécute").

Désormais, le SNUipp a décidé d’agir unitairement et nationalement pour interpeller le ministre de l’éducation nationale et le Premier Ministre sur la question (interpellation intersyndicale, bandeau directeurs et consigne de répondre si vous avez le temps) (voir ici : https://www.snuipp.fr/actualites/posts/mobilisation-pour-les-emplois-aides )

Une journée de grève est prévue le 10 octobre pour défendre la fonction publique dans son ensemble. Cette journée sera l’occasion pour le SNUipp de rappeler que :
- nous voulons des personnels avec des contrats statutaires de la fonction publique pour aider les directeurs et accompagner les élèves en situation de handicap
- nous voulons une baisse des tâches administratives des directeurs et directrices, ainsi qu’une augmentation substantielle de leur temps de décharge. Voir ici : https://www.snuipp.fr/actualites/posts/le-10-octobre-dans-l-unite-pour-defendre-la-fonction-publique

Long article sur infochalon : http://www.info-chalon.com/articles/saone-et-loire/2017/09/14/32446/vincent-castagnino-secretaire-departemental-du-snuipp-fsu-71-lorsqu-un-service-public-n-est-pas-rendu-ou-mal-rendu-les-gens-se-tournent-vers-le-prive/

Extraits du JSL du 14 septembre :

Vincent Castagnino Cosecrétaire départemental du syndicat SNUipp-FSU 71

« L’absence d’AVS à la rentrée est d’abord due à un défaut de statut : sur des missions pérennes, on affecte des emplois qui ne le sont pas. Une vague d’embauches a ainsi lieu à la rentrée, avec des affectations parfois tardives, entre début septembre et les vacances d’octobre. Pour remédier à cela, il faut créer un métier d’AVS, bénéficiant du statut de la fonction publique, ce qui permettrait aussi de former le personnel recruté. La 2 e raison de ce problème est conjoncturelle : le gouvernement baisse les effectifs de la fonction publique et assimilés. Au 2 e semestre 2017, l’Éducation nationale bénéficie de 20 000 contrats aidés en moins qu’au 2 e semestre 2016. Nous verrons en fin d’année l’incidence de cette baisse sur les AVS. »

Après avoir défilé mardi dans les rues pour soutenir les salariés du privé qui dénonçaient les ordonnances gouvernementales voulant réformer le code du travail, le SNUipp-FSU (syndicat majoritaire dans l’enseignement du 1 er degré) monte au créneau contre « la future et contestable embauche de contractuels dans le département pour combler les 17 emplois non pourvus à la rentrée dans les classes élémentaires ». Il déplore aussi « la baisse des contrats aidés, à la fois ceux destinés à décharger les tâches administratives des directeurs et ceux destinés à prendre en charge les enfants en situation de handicap ».

Les réponses de Fabien Ben, directeur académique des services de l’Éducation nationale

1 Pourquoi l’Éducation nationale est amenée à recruter des professeurs des écoles, notamment en faisant appel à Pôle Emploi ?

« Nous venons d’obtenir l’autorisation d’embaucher 16 professeurs des écoles vacataires, en ayant les mêmes exigences qu’au concours de l’enseignement, explique Fabien Ben, directeur académique des services de l’Éducation nationale. Il peut nous arriver de faire appel à Pôle Emploi, mais nous allons surtout chercher dans le vivier existant en contactant des personnes qui ont échoué de peu au concours. Nous avons déjà recruté des vacataires par le passé pour combler des manques dans des classes élémentaires, même si cela n’est pas encore vraiment rentré dans les mœurs. Dans le secondaire, c’est une pratique très courante. Aujourd’hui pour combler les postes manquants et mettre un professeur devant chaque élève, nous piochons dans le vivier de remplaçants. Mais comme leur nom l’indique, les remplaçants ont vocation à remplacer. Alors, nous avons recours à cette démarche très pragmatique en recrutant des vacataires pour combler le différentiel des effectifs. » 2 Comment sont-ils recrutés ? Avec quelle qualification ? Comment les accompagnez-vous dans un métier pour lequel ils ne sont pas toujours préparés ?

2 Comment sont-ils recrutés ? Avec quelle qualification ? Comment les accompagnez-vous dans un métier pour lequel ils ne sont pas toujours préparés ?

« Comme je vous l’ai déjà dit, nous avons dans leur recrutement les mêmes exigences que celles demandées au concours de l’enseignement. Avant de les mettre devant une classe et des enfants, nos équipes académiques les préparent et les accompagnent. Mais il est bien évident qu’ils ne bénéficient pas d’une formation aussi longue qu’un enseignant stagiaire qui, en deuxième année, fait une année en alternance, partageant son temps entre l’École supérieure du professorat et une classe. » 3 Recruter des vacataires, est-ce précariser le métier de professeur des écoles ?

3 Recruter des vacataires, est-ce précariser le métier de professeur des écoles ?

« Pour devenir enseignant, le concours reste la voie royale de recrutement. Ce n’est pas en embauchant 15 ou 16 vacataires que l’on va précariser le métier d’enseignant, sachant que notre département compte plus de 2 800 professeurs des écoles fonctionnaires d’État. Il n’y a donc pas de crainte à avoir. » 4 Les syndicats déplorent « la baisse des contrats aidés, à la fois ceux destinés à décharger les tâches administratives des directeurs et ceux destinés à prendre en charge les enfants en situation de handicap », qu’en est-il ?

4 Les syndicats déplorent « la baisse des contrats aidés, à la fois ceux destinés à décharger les tâches administratives des directeurs et ceux destinés à prendre en charge les enfants en situation de handicap », qu’en est-il ?

« Nous contribuons à l’effort national de réduction des contrats aidés. Même si nous en avons moins, nous veillons à ne pas toucher ceux qui interviennent dans la prise en charge d’enfants en situation de handicap. Nous avons même recruté des Accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), plus qualifiés et qui, au bout de 6 ans, peuvent être CDIsables. Il y a donc moins de précarité qu’avec des contrats aidés. » 5 Des enfants en situation de handicap se trouvent toujours sans auxiliaire de vie scolaire, comment allez-vous remédier à ce problème ?

5 Des enfants en situation de handicap se trouvent toujours sans auxiliaire de vie scolaire, comment allez-vous remédier à ce problème ?

« Tous les postes sont pourvus, mais nous devons encore finaliser les recrutements des Auxiliaires de vie scolaire (AVS). La prise en charge des enfants en situation de handicap reste notre priorité. Avant, nous avions dans mes services quatre personnes qui travaillaient sur ce sujet. Depuis cette rentrée 2017, il y en a six. Nous sommes l’un des départements où il y a le plus d’enfants en situation de handicap. C’est un effort de tous les instants. Ce n’est qu’une question de temps, mais il y aura bientôt un AVS devant chaque enfant ! »

 

2 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 71,

Adresse : 2, rue du Parc , Maison des syndicats , Chalon sur saône
- Tel : 03 85 43 56 34 -Email : snu71@snuipp.fr

JPEG - 10.8 ko
SNUipp71-FSU

Directeurs de publication :
- Riri, Fifi, Loulou
- Secrétaires départementaux.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire, tous droits réservés.