www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire

Navigation

Vous êtes actuellement : Billets d’humeur et revue de presse 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 mai 2011

Pouvoir d’achat : mensonge d’Etat

  • Tron tronque la réalité...
  • Les preuves chiffrées du mensonge

Quand on regarde les chiffres sérieusement :

PDF - 135.1 ko
stats_salaires_note_FSU

article de Libération : http://www.liberation.fr/politiques/01012333950-pouvoir-d-achat-georges-tron-trop-genereux-avec-les-fonctionnaires

Les syndicats de fonctionnaires refusent la décision prise par le gouvernement de geler le point d’indice, qui sert au calcul du salaire. La Fédération syndicale unitaire (FSU) explique que les fonctionnaires ont subi une perte de pouvoir d’achat de 9% depuis 2000. Un chiffre contesté par Georges Tron, secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique. Il s’est lancé le 20 avril sur BFM TV dans un exercice de « pédagogie » pour expliquer le fonctionnement de la rémunération des agents : « C’est un peu comme une baignoire dans laquelle il y aurait quatre robinets. Le point d’indice, c’est l’un des quatre robinets. Il y en a trois autres, dont on a beaucoup facilité le flot pour alimenter le pouvoir d’achat des fonctionnaires. Qui le dit ? Pas le gouvernement : ce serait évidemment sujet à caution. Non : l’Insee. Entre 2007 et 2010, l’augmentation du pouvoir d’achat des fonctionnaires a été de 10% en net. » Le 19 avril, le ministre du Budget, François Baroin, annonçait également que le pouvoir d’achat avait « augmenté de 10% dans la fonction publique depuis 2007 ».

Les fonctionnaires ont-ils été particulièrement privilégiés ces dernières années pour afficher une telle hausse, quand le pouvoir d’achat par personne en France a progressé de moins de 2% entre 2007 et 2010 ? En réalité, ce dernier chiffre ne peut pas être comparé aux 10% avancés par Georges Tron. Dans la lutte qui oppose gouvernement et syndicats, le mode de calcul de l’évolution du pouvoir d’achat des fonctionnaires est l’objet d’un désaccord récurrent qui mérite notre attention.

Précisons d’abord que Georges Tron commet deux petites erreurs : l’augmentation qu’il mentionne est une évolution entre 2006 et 2011 (et non entre 2007 et 2010) et ce n’est pas l’Insee qui donne ce chiffre mais la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP, rattachée au ministère du Budget), qui a traité des données de l’Insee pour 2006-2009, mais qui se base sur une prévision de la Direction du budget pour les années 2010 et 2011.

Surtout, le secrétaire d’Etat utilise l’indicateur le plus favorable pour mesurer la progression du pouvoir d’achat : la rémunération moyenne des personnes en place (RMPP) qui, corrigée de l’inflation, a donc augmenté de plus de 10% depuis 2006. La RMPP permet de suivre l’augmentation moyenne de la fiche de paie des mêmes agents d’une année sur l’autre. Elle augmente mécaniquement pour cause de vieillissement de la population, qui bénéficie d’évolutions de carrière (progression automatique dans les échelons, promotions). Parce qu’il ne considère que les agents qui restent en poste, cet indicateur ne tient pas compte du fait que les fonctionnaires qui partent en retraite, mieux payés en raison de leur ancienneté, sont remplacés par des jeunes en début de carrière, aux rémunérations plus basses.

Cet effet d’« entrées-sorties » est en revanche pris en compte par un autre indicateur, le SMPT (salaire moyen par tête), qui évolue donc moins vite que la RMPP. Le SMPT correspond au revenu moyen d’un agent à temps plein. Corrigé de l’inflation, il est comparable, dans sa définition, au pouvoir d’achat par personne en France. Mais les données le concernant ne sont pas disponibles après 2008. On peut toutefois remarquer que le pouvoir d’achat correspondant à la RMPP a augmenté de 25% entre 1998 et 2008, quand celui associé au SMPT a progressé de 7% dans le même temps. Un chiffre faible par rapport à la hausse du pouvoir d’achat par personne pour l’ensemble de la population (20%).

Le SMPT renferme par ailleurs un biais lié à un effet de structure : une partie des emplois peu qualifiés, à salaire faible, a été transférée vers les collectivités territoriales, ce qui a relevé artificiellement le salaire moyen dans la fonction publique d’Etat. En 2008, l’augmentation du SMPT a ainsi été de 0,5% en euros constants. Mais en excluant du calcul les 47 000 agents transférés, c’est une baisse de 0,5% qui a été constatée cette année-là. En corrigeant ce type de phénomène, on observe alors une stagnation du pouvoir d’achat entre 1998 et 2008, et depuis 2007. Loin des 10% avancés par le gouvernement, mais aussi de la forte baisse annoncée par les syndicats.

« Entre 2007 et 2010, l’augmentation du pouvoir d’achat des fonctionnaires a été de 10% en net. ». Comment ose-t-il le dire ???

 

10 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 71,

Adresse : 2, rue du Parc , Maison des syndicats , Chalon sur saône
- Tel : 03 85 43 56 34 -Email : snu71@snuipp.fr

JPEG - 10.8 ko
SNUipp71-FSU

Directeurs de publication :
- Vincent Castagnino, Mathias Cazier, Aurélie Gagnier-Boivin
- Secrétaires départementaux.


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 71 - Saône et Loire, tous droits réservés.